fbpx

Les Magnifiques d’Haïti

À mon humble avis, la beauté d’Haïti est
largement sous-exposée dans les médias québécois. Aujourd’hui, j’aimerais vous
en présenter une autre facette, une force dont le pays est pourvu et dont on ne
parle pas suffisamment : les Haïtiennes. Voici donc le portrait de trois
générations, trois leaders, trois femmes admirables qui ont croisé ma route ces
dernières années lors de mes passages sur la perle des Caraïbes.

Leone Moreau

Cette dame d’un âge respectable, est directrice
d’école et impliquée dans tous les comités possibles. Engagée comme on ne peut
plus, Mme Leone est d’une générosité
sans compter. Membre du groupe Femmes Étincelle, elle gère
plusieurs activités nourricières : Culture 
de manioc et production de cassave, plantations de corossol,
cachiman et autres fruits exotiques et confection de beurre d’arachides, des
denrées à la base de l’alimentation haïtienne.

Par un beau dimanche après-midi ensoleillé, j’avais
rendez-vous avec elle pour discuter des menus scolaires. Arrivée à sa maison,
je la vois, affairée à éplucher des bassines remplies de racines de manioc. À
voir sa surprise en me voyant, je comprenais qu’elle avait complètement oublié
notre rencontre. Voyant le malaise sur son visage, normalement si chaleureux,
je lui propose mon aide pour terminer le travail. Jamais je n’oublierai sa
stupéfaction….. et ensuite son petit sourire espiègle qui semblait me dire :
Tu es certaine ma jolie ?

À 40 degrés à l’ombre, quel plaisir j’ai eu à gratter du manioc avec cette femme extraordinaire papotant tantôt de mon beau Labrousse, plus tard de sa belle Gaspésie ! En effet, grâce aux échanges interculturels entre agriculteurs mise en œuvre par l’Union des producteurs agricoles Développement international, Mme Leone avait eu la chance de découvrir la Gaspésie.

Alern Labrousse

L’un de mes plus beaux souvenirs en terre haïtienne
a été de déguster un café avec Mme Alern.
D’emblée je dois vous avouer que le café haïtien est unique et Mme Alern,
exceptionnelle. Chaque jour avant l’aube, nous devions nous rendre à l’école du
village par un sentier à flan de montagne. Alern et moi faisions la route
ensemble : Son petit côté maternel duquel je m’accommodais avec plaisir.
Chaque matin, elle m’attendait à l’entrée du chemin, à l’endroit même où se situait
la gargote du village, tout sourire avec un bon café brûlant et une cassave
croquante à la main, généreusement beurrée de mamba. Chaque matin,
j’avais l’impression que le temps s’était arrêté l’instant d’un café et qu’une
journée magique m’attendait.

Bienveillance est le mot qui me vient en tête
pour décrire Alern. Mère de quatre enfants, responsable de la cantine scolaire,
membre d’un groupe de femmes (Étincelle) et leader d’un regroupement féminin de
transformation alimentaire, cette dame est pour moi une véritable source d’inspiration.

Rose Betty David

Rose Betty est une jeune femme qui possède une
grande beauté, un calme déroutant et un leadership impressionnant. Rose Betty
est de petite taille et de nature discrète mais dès qu’elle ouvre la bouche,
tout le monde se tait !

J’ai eu le privilège de travailler de près avec Rose. Agronome pour l’organisme haïtien FODES-5, elle agissait à titre de traductrice et de co-animatrice lors des formations que je devais donner dans les écoles de la région. Je savais qu’elle ferait une excellente traductrice mais je ne me doutais pas qu’elle ferait une co-équipière aussi épatante ! En plus d’avoir eu un plaisir fou à les mettre en œuvre, les formations que nous avons données aux cuisinières, professeurs, élèves et parents furent d’une grande qualité et tellement amusantes ! Rose avait toujours le bon mot, la bonne chanson, la bonne façon de convaincre les participants de l’importance de manger local. Après de longues journées, même lorsque nous étions exténuées, elle partait le bal des chansons avec un tel entrain que j’en étais estomaquée à chaque fois ! Et les gens la suivait…peu importe ce qu’elle disait, les gens la suivait, s’amusait et apprenait ! Lorsque mes journées me semblent interminables, je pense à Betty et ses chansons (Tonton boukit) et d’emblée ça me donne l’énergie nécessaire pour terminer ma journée avec magnificence comme l’aurait fait Betty !

Quelle chance j’ai eu de croiser leur chemin. Elles
ont été si patientes avec moi en plus de m’avoir enseigné à gratter du manioc et
à tremper ma cassave dans le café à l’haïtienne,
comme il se doit. Ces échanges interculturels avec des femmes d’ailleurs, à
priori anodin, ont été incroyablement riches en savoir, en fous rires et maintenant
en amitié. Grâce à ces femmes Magnifiques, je me sens aujourd’hui une meilleure
personne, en plus de savoir chanter en créole.  

Soyons attentifs aux gens qui nous entourent. Collègues ou voisins venus de loin, à tout moment nous pouvons rencontrer une personne Magnifique sur notre chemin !

À toutes les Magnifiques
d’Haïti, d’ici et d’ailleurs, merci.

Marianne
Lefebvre

Nutritionniste
d’ici et d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Marianne Lefebvre © 2022 / Tous droits réservés. Toute reproduction du contenu sans persmission écrite est interdite.